Forum pokémon généralisé
 

Partagez | 
 

 (Fic) Les aventures de Lucien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: (Fic) Les aventures de Lucien   Jeu 24 Avr 2014 - 17:16

Yop yop ! Eh oh, partez pas tout de suite. Je vous explique en deux-deux, mes anciennes fics m'ennuyaient, tout tournait autour des combats. Les noms des personnages étaient choisis en utilisant Google Translate, via la page Wikipedia des prénoms japonais, en ajoutant des "um" pour faire une consonance romaine et j'ai encore un tas d'autres astuces que je ne citerais pas. De plus j'avais déjà l'intégralité de l'histoire en tête et une immense flemme de l'écrire, je ne voyais pas l'intérêt de le faire. Bref, c'était pas top. Mais cette nuit j'ai eu une illumination et j'ai donc l'honneur de vous présenter ma nouvelle fic, "Les aventures de Lucien".

Lucien avait toujours mené une vie banale dans son petit village. Il vivait des récoltes et passait ses journées à travailler si ce n'est les quelques pauses qu'il s'octroyait. Il aimait s'allonger en plein milieu des champs de blé et contempler les nuages qui défilaient devant ses yeux obnubilés pendant que les légères brises caressaient son visage tout en faisant onduler cet immense océan doré par le soleil, il se sentait si bien pendant ces court instants. Mais ce qu'il adorait par-dessus tout étaient ses rêveries et cela depuis sa plus tendre enfance. Il s'imaginait loin d'ici en tant que chevalier, explorateur et autres héros de son époque. C'était son plus grand désir, partir. Pour cela il s'entrainait tout les soirs malgré la fatigue derrière sa demeure. Cette même demeure où il résidait avec son père, son unique parent, sa mère était décédé durant son accouchement. Son paternel ne lui avait jamais rien reproché, aucune remarque à son sujet et pourtant Lucien s'en était toujours voulu. D'autant plus lorsqu'il voyait les autres familles. C'était sans doute la raison pour laquelle il avait tant de mal à s'adresser à son père et qu'il s'échappait souvent, il préférait travailler avec ses amis. Son père ne l'avait jamais retenu, il lui faisait un geste de la main en abordant un sourire malgré la solitude,  il continuait de travailler durement pour pouvoir nourrir son fils. Manger, travailler, dormir, recommencer, voilà à quoi se résumait sa vie néanmoins ça ne le dérangeait pas. Il n'avait que ça. Qu'une routine. Rien d'autre.   

Malheureusement tout allait changer. Lucien s'était absenté tout une journée, c'était la première fois qu'il avait passé autant de temps à ne pas travailler mais il faisait  particulièrement radieuse et il transpirait abondamment alors qu'il était resté allongeait depuis le levé du soleil. Il décida de rentrer lorsque l'air se rafraîchit, il était déjà tard. Etrangement, devant chez lui se trouvait tout le village, il n'avait aucune idée de ce qui se passait, il s'empressa d'entrer et il vit son père allongé. Le pauvre s'était écroulé alors qu'il travaillait, il n'avait pas pu supporter la chaleur et la fatigue. Les jours passèrent et le nombre de personnes autour de son père diminua peu à peu, de son coté Lucien travaillait durement, il en avait fini avec les pauses et le soir il restait au chevet de son père.  Il travaillait de plus en plus. Après quelques semaines il en était même venu à travailler comme trois. Cependant un jour, à son retour, alors qu'il s'approcha de son père, il était mort. Cette vision lui fit comprendre quelque chose. Elle lui fit retracer toute la vie de son père. Il en était venu à une conclusion : son père n'avait rien. Une femme morte, un fils absent, plus de travail et même plus les habitants près de lui. Personne n'allait le pleurer. Lucien n'avait assurément pas envie de finir comme lui, non, il avait gardé ses rêves, désormais il ne désirait qu'une chose : faire connaitre son nom.  
Il sortit de la maison, il ne prit rien et se contenta de marcher.   
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Jeu 24 Avr 2014 - 17:29

Déjà +1 pour le nom.
Je sais pas pourquoi, mais j'aime cette fic plus que les autres en fait, Lucien a quelque chose de rafraichissant :o
Je lui reproche juste de ne pas pleurer son père et de ne pas regretter de l'avoir laissé si seul après avoir réalisé qu'il avait tout perdu depuis la mort de sa femme :/
J'espère que tu nous offrira une suite Caliméro
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Jeu 24 Avr 2014 - 21:02

Hum, concernant le fait de laisser son père seul, je sais pas, si je tue la personne qui est potentiellement la personne que tu aimes le plus, je ne pense pas que tu apprécieras ma compagnie. Lucien avait ce blocage, il avait des remords, il ne pouvait pas aller de lui-même vers son père. Pour la partie pleure, c'est encore à cause de ce blocage, au final il ne connaissait pas aussi bien son père qu'un fils le devrait et d'un coté il avait un certains mépris, son père n'avait rien alors que lui avait des rêves, c'est cette ambition qui au final l'a empêché de le pleurer. Au lieu d'avoir de la tristesse, il ressentait une sorte de rage, pas question de finir comme ce type mort, c'est peut être extrême mais il haïssait ce que représentait son père. L'un n'avait rien, l'autre voulait tout, ça ne pouvait pas coller. Mais au fond Lucien n'est pas un mauvais type, du moins pas encore, qui sait ce que son ambition le poussera à faire, moi-même je ne le sais pas, peut-être finira-t-il chevalier, peut-être finira-t-il bandit, peut-être tout simplement assassiné au détour d'un faubourg. On verra. En tout cas je suis curieux de le découvrir, c'est pour ça qu'il y aura assurément une suite.
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Jeu 24 Avr 2014 - 21:16

Hum oui je comprends, mais en fait c'est que la façon dont tu parlait de la vie du père m'a rendue moi-même triste, donc j'me suis dit que son fils devrait l'être aussi x) Enfin voilà, tu dis que ce pauvre homme disait toujours au revoir à son fils en souriant, qu'il travaillait pour le nourrir et qu'il est mort dans la misère et la solitude, j'ai pas pu m'empêcher de me sentir désolée pour lui :/
Après, peut-être que tu aurais pu préciser quelque part que pour lui son père était devenu un étranger, mais bon, c'est pas comme si c'était très grave.
Je comprends ce que tu veux dire en tout cas Caliméro
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Ven 25 Avr 2014 - 2:47

Cela faisait plusieurs jours qu'il marchait, il n'avait traversé que d'autres villages, rien qui pouvait assouvir son désir de gloire. Il espérait tomber sur une ville, il n'en avait jamais vu, en fait il ne connaissait rien du monde extérieur, il savait à peine qu'un roi dirigeait son pays, il avait entendu quelques rumeurs de la bouche d'autres habitants cependant aucun citadin n'était jamais venu dans son patelin. Il avait commencé à douter. Mais ce ne dura pas longtemps, il ne pensait plus qu'à sa faim et à sa fatigue. Son ventre criait famine, il s'était résigné à ne pas voler et il n'était pas question de faire demi-tour, il avait même accepté l'idée de mourir. D'ailleurs il le serait si il n'avait pas trouvé un cours d'eau, sans ça la soif aurait eu raison de lui malheureusement il ne trouva aucun poisson. Il était faible mais ce n'était que le début. Une goutte le frappa, il regarda en l'air et se fut quelques gouttes qui coulèrent le long de ses joues et l'instant d'après c'était une véritable averse. Il avait froid. Il tremblait. Il n'en pouvait plus. Il était exténué, il frissonnait alors que ses jambes tremblaient déjà depuis un bon moment à cause du manque de force. Il chuta. Il se retrouva allongé, sur le dos, là il pouvait voir le ciel, un ciel gris, triste et sans espoir. Il repensait à son père,  ou plutôt l'étrangers avec qui il avait résidé, il pensait que comme lui, personne n'allait le pleurer, il était juste un inconnu mort au bord d'une route, il se demandait si il n'aurait pas mieux fait de rester dans son village, de vivre sa vie banale, de subir la routine, d'accepter d'être comme les autres habitants au moins il aurait vécu plus longtemps. Mais à quoi bon vivre quelque chose d'aussi ennuyant se dit-il. "J'aurais essayé", ce fut sa dernière pensée, désormais il avait cessé de réfléchir, il se préparait à la fin de son existence, il ne sentait plus qu'une horrible douleur dans son ventre, la terrible étreinte glaciale de la pluie sur sa peau et la fatigue le paralysait, si bien qu'il peinait même à respirer, il n'avait plus la force de bouger un seul membre, cette même fatigue le gagnait de plus en plus, ses paupières étaient lourdes, incroyablement lourdes, sa vision s'obscurcissait, il savait qu'il ne pourrait pas empêcher ses yeux de se fermer néanmoins il souriait... Soudain un cri !
Cet hurlement réveilla tout son être, comme si on lui redonnait vie, Lucien bondit, il était à nouveau sur pied, aussitôt le jeune homme s'empressa de rejoindre l'origine de ce son. Au loin Lucien apercevait deux personnes près d'un chariot, l'un paraissait beaucoup plus jeune que l'autre, sans doute son fils, Lucien ne put s'empêcher de repenser une nouvelle fois à son père, ces deux paysans étaient ce que Lucien et son père n'avaient pas pu être... En face d'eux se trouvaient deux individus armés, c'était l'occasion que Lucien attendait, il allait enfin pouvoir agir comme un héros, il se précipita vers l'un des deux brigands, surpris ils ne bougea pas, Lucien en profita pour lui coller son poing en plein dans son visage, l'homme tituba et lâcha son épée. Lucien la ramassa, il s'était entrainé à manier les armes mais elle était beaucoup plus lourdes que le bâton qu'il utilisait de plus son corps était toujours aussi faible, ses mouvement étaient lents, bien trop lents, le bandit arrêta l'attaque avec une facilité déconcertante et enchaina en rouant Lucien de coups avant de le jeter dans la boue, au sol il continua en le frappant avec ses pieds puis il termina en lui crachant au visage. Lucien ne pouvait plus se relever. Le brigand rigolait. 


"Tu pensais faire quoi ? Sauver ces deux personnes ? Saches qu'ici, le monde marche par catégorie : Les faibles et les forts. Les perdants et les vainqueurs. Les valets et les maîtres. Les paysans et les bandits... Toi et moi. N'essaye pas de changer l'ordre des choses, la prochaine fois reste à ta place, ça vaudra mieux pour toi. Minable. "

Les bandits prirent les biens des deux paysans avant de s'en aller laissant Lucien dans la boue, blessé. Quel pathétique héros il faisait, il ressemblait davantage à un mendiant. Le jeune paysan lui jeta un bout de pain.
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Ven 25 Avr 2014 - 11:03

Inc- Incroyable ! Une..suite !
En fait, Lucien c'est une victime Rire Hordes
*s'en va loin*
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Ven 25 Avr 2014 - 18:50

Ce jeune paysan... Lucien et lui étaient devenus amis, il s'appelait Jean. Il revenait tout les jours pour apporter un repas à Lucien et soigner ses blessures qui l'empêchaient de bouger convenablement. Lui qui voulait devenir un héros avait était sauvé par une victime, au fond de lui il cachait une énorme haine envers les deux bandits et avait honte de lui-même. Il n'était qu'un bon à rien. Comme son père. Il ne voulait pas l'avouer mais sa vie tournait autour de son paternel, il ne pensait qu'à ça et ne cessait de se comparer à lui. Surtout quand le jour où Jean ne vint plus, il ne pu s'empêcher de faire un parallèle avec les habitants qui ont fini par laisser son père. Désormais, Lucien aussi était seul. Désespérément seul. Pourquoi ? Pourquoi, Jean n'était pas là aujourd'hui. Cette question l'avait travaillé toute la matinée. Lucien savait par où se trouvait le village de son ami, il s'y dirigea. Une fois sur place il vit à nouveau les deux brigands, ils pillaient le patelin, les paysans n'offraient aucune résistance. Lucien ne supportait pas cette vision. Impulsif, il s'empressa de coller une droite au premier bandit, cette-ci, il chuta. Lucien dégagea son épée d'un coup de pied, il ne voulait pas réitérer l'expérience de l'arme, du moins pas aujourd'hui, il savait que si il commettait une erreur, il y resterait. Lucien se rapprocha du bandit au sol, celui-ci le repoussa avec ses deux jambes et se releva aussitôt, les deux hommes commencèrent un échange viril, le bandit prit le dessus et enchaina avec une série de coups avant de jeter Lucien au sol, il continua en le frappant avec ses pieds puis il termina en lui crachant au visage. Du sang. Il lui avait craché du sang au visage. Le bandit ne l'avait pas remarqué plus tôt mais Lucien lui avait planté un couteau dans l'abdomen, un cadeau de Jean pour qu'il puisse se défendre, le brigand s'arrêta, il regardait sa blessure, Lucien en profita pour le balayer, il se positionna sur lui et saisi l'arme blanche, il maintenait le bandit au sol à l'aide d'un seul bras.  

"Tu pensais faire quoi ? Piller ce village ? Saches qu'ici, le monde marche par catégorie : Les faibles et les forts. Les perdants et les vainqueurs. Les crapules et les travailleurs. Les bandits et les héros... Toi et moi. N'essaye pas de changer l'ordre des choses, la prochaine fois... Non, il n'y aura pas de prochaine fois pour toi."

Lucien poignarda à plusieurs reprises le bandit qui décéda. Son compagnon dégaina son épée et s'avança. Un paysan lui barra la route, c'était Jean. Les habitants étaient tous surpris de l'acte du jeune homme. Néanmoins le père de Jean rejoint son fils et en quelques secondes c'était tout le village qui se dressait devant le dernier bandit. Il prit ses jambes à son cou.
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Ven 25 Avr 2014 - 18:59

J'imagine la tête du bandit quand il s'est mis à cracher du sang Laughing
Et à chaque fois que y'a le prénom Lucien dans une phrase, elle perd un peu de son sérieux x) Ce Lucien est vraiment incroyable, il arrive même à avoir un pouvoir sur les phrases du narrateur :B
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mar 13 Mai 2014 - 22:29

"Fuyez !"
Ce cri s'entendait dans tout le village. Il pénétrait dans chaque habitation, une à une. Les paysans hurlaient, les portes claquaient, le sol vibrait : la panique s'était invitée. Seuls Lucien et Jean étaient encore épargnés dans la maison de ce dernier mais il se rapprochait, peu à peu, sans qu'ils ne le sachent. Soudain il entra dans la demeure. Le père de Jean n'avait vociféré que ce simple mot alors qu'il venait d'ouvrir subitement la porte de sa maison. Les deux  hommes se levèrent, surpris,  ils ne comprenaient pas ce qu'il se passait. Lucien remarqua que les vêtements du vieil homme étaient imbibés de sang cependant il n'eut même pas le temps de lui demander quoi que ce soit qu'une pointe de flèche ressortit de son oeil droit, le pauvre paysan s'écroula sur le coup. Le corps par terre, abasourdis, ils virent que son dos était parsemé de flèches. Néanmoins ils n'avaient pas le temps de se poser la moindre question, un danger inconnu était proche, comme l'avait crié le défunt paysan, ils devaient fuir immédiatement. Sans hésitation Lucien brisa une fenêtre donnant sur l'arrière de la maison, si ils devaient échapper à une menace, c'est par là qu'ils devaient s'enfuir, il ordonna à Jean de le suivre. Aucune réponse. Il se retourna alors vers son ami, celui-ci n'avait pas bougé, il était là, debout, devant le cadavre de son père, il sanglotait, il ne voulait pas croire à la scène à laquelle il venait d'assister mais la preuve était là, son père gisait au sol et ne bougeait plus. Il respirait de plus en plus fort, il cherchait désespérément de l'oxygène mais c'était comme-ci cette tâche lui était impossible, il avait l'impression de s'étouffer mais ce n'était pas tout sa tête tournait, la salle semblait être en perpétuel mouvement, devant ce phénomène ses genoux cédèrent et il n'avait pas la force de se relever, il n'entendait que son coeur battre si fort qu'il pensait qu'il allait éclater sous les vibrations monumentales. Il n'entendait rien d'autre, pas même Lucien qui lui criait de venir en même temps qu'il le secouait cependant son regard était vide, il était en pleine crise de panique. Lucien était impuissant mais il ne pouvait pas abandonner Jean dans cet état, il le souleva et pris sur l'une de ces épaules en le maintenant à l'aide d'un seul bras après tout, il s'était bâti un corps robuste dans les champs, ce n'était qu'un sac sans vie de plus. Il sauta par la fenêtre et s'ensuivit une course folle, il ne regarda jamais en arrière malgré les cris villageois et l'odeur ambiante de sang. Il continua, sans arrêt, pas après pas, foulée après foulée, toujours à la même allure, il n'avait jamais couru aussi vite, ses capacités étaient comme sur-humaines sous l'effet de l'adrénaline si bien qu'il lui fallu des dizaines de secondes avant de ressentir une douleur dans son mollet. Puis dans son dos. Et à intervalle régulier, un point de douleur supplémentaire apparaissait jusqu'au moment un étrange bruit frôla l'une de ses oreilles et qu'un projectile se planta dans le sol, une flèche. Depuis tout à l'heure quelqu'un s'amusait à lui tirer dessus. La douleur commençait enfin à le ralentir mais il se devait de l'ignorer, il savait qu'un cours d'eau se trouvait non loin d'ici, une fois qu'il l'aurait atteint plus rien ne pourrait le rattraper. Il serait hors de danger et surtout hors de portée de l'archer. Jean semblait être un poids insupportable, le corps de celui-ci dégoulinait de sueur, il glissait alors que les muscles de Lucien s'affaiblissaient, son visage  était marqué par la douleur, chaque mètre qu'il parcourait représentait une nouvelle épreuve qu'il n'espérait plus surmonter, ses pas devenaient extrêmement lents, il se rapprochait de ses limites ou les avait-il déjà dépassé, il vacilla, se rapprocha du sol mais il se rattrapa d'un lourd appui qui fit trembler quelques cailloux près de son pied et d'un cri bestial il se releva et reprit sa course avec l'énergie du désespoir. La pluie de flèche continuait de s'abattre et son sang coulait. Enfin il plongea dans une mare...  Rouge.  


Dernière édition par Minito le Mar 13 Mai 2014 - 22:44, édité 1 fois
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mar 13 Mai 2014 - 22:40

Naon Lucien D:
Et pauvre papa à l'agonie Caliméro
J'aime bien les descriptions ici, elles permettent de bien rendre compte de certains détails et moi j'aime pouvoir bien visualiser ce qui se passe dans un livre :P Enfin je sais pas si t'as compris mais c'pas grave, juste pour dire que c'est cool !
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mar 13 Mai 2014 - 22:47

Deux pères, deux morts. Hum. Si vous vivez dans l'monde de Lucien, je vous conseille de faire un enfant tard. Très tard. :P

Oui j'ai compris mais c'est pas encore ça. Caliméro
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mar 13 Mai 2014 - 23:18

La mare était certes rouge mais elle n'en restait pas moins une mare. Lucien avait réussit à atteindre le cours d'eau, et par la même occasion à échapper à la menace qui planait sur lui et son compagnon pris de panique. Ce dernier avait d'ailleurs repris ses esprits et sauvé Lucien d'une mort certaine en le ramenant sur la rive. Sans lui Lucien se serait noyé pitoyablement dans une eau infestée par son propre sang avant même que son corps criblé de flèches, entraîné par le courant, ne put se fracasser contre d'énormes roches humides. Tandis que Lucien était inconscient à cause d'une perte importante de sang, Jean s'occupait de panser ses blessures tout en ne pensant qu'à se venger de ces monstres. D'habitude fragile, il préférait  laisser passer ce genre de sentiment, il détestait les conflits mais évidemment les précédents événements furent une première pour lui, se concentrer sur autre chose était inconcevable.  Il ne cessait de remuer les cendres de ce drame. Son village incendiée et la chute de son père. Sa vie venait de partir en fumée et désormais il brûlait d'envie de les massacrer, un retour de flamme ne pouvait être que la seule solution au problème qui consumait son être actuellement. Il n'y avait pas plus dangereux qu'un homme n'ayant plus rien à perdre, la peur l'avait abandonné, il ne reculerait pas et ils l'apprendraient à leur dépend. Pour chaque flèche qu'il extirpait du corps de Lucien, il arracherait une vie ennemie. Cependant il éprouvait aussi de la haine envers celui-ci, il souffrait de devoir le soigner, si il n'avait pas débarqué dans sa vie, rien de tout cela ne serait arrivait mais il était tout autant coupable, il le savait et se demandait pourquoi il lui avait jeté ce morceau de pain. Ils étaient tout deux fautifs. Pour rendre la tâche moins douloureuse il ne se disait pas que son ami l'avait sauvé des projectiles puisqu'il avait été le premier à le secourir dans la boue, il était donc tout naturel de payer sa dette. Non, il envisageait surtout que Lucien serait un atout de poids dont il se servirait pour arriver à ses fins.
En attendant il veillait impatiemment sur ce dernier jusqu'à ce qu'il se rétablisse. Jean profitait aussi de ce temps de repos pour s'équiper afin de se battre convenablement. Pour cela il fit de nombreux va-et-viens entre sa cachette et les décombres de son village qui était devenu le refuge des belliqueux. Lors de sa première expédition il tenta de filer deux bandits, il s'imaginer faire preuve de discrétion mais un bruit les avait alerté, ils se dirigèrent lentement vers le buisson dans lequel il se tenait. Pas à pas, son coeur accélérait. Ils se tenaient désormais devant lui, ils plongèrent leur mains mollement, elles se rapprochaient peu à peu. Cela lui semblait être une éternité, il serrait deux pointes aiguisés de toutes ses forces, et à l'instant même où il allait se faire agripper il bondit instinctivement de sa cache. Dans son élan, ses extrémités de flèches transpercèrent les pommes d'Adam de ses cibles qui s'écroulèrent sur le coup dans un lourd silence. Après plusieurs autres escarmouches qui lui avait valu de piller la réserve d'armement de la bande de brigands, il avait appris l'organisation du camp que ce soit les horaires des tours de garde, le nombre de vandale ou encore l'emplacement de l'archer assassin. Il était temps de passer à l'action.  [En cours...]


Dernière édition par Minito le Mer 3 Sep 2014 - 17:38, édité 6 fois
avatar
Caillou


Messages : 1249
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 75
Localisation : Partout sur le sol *mouahahaha*

Carte de Dresseur
Point de vie:
50/50  (50/50)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mer 14 Mai 2014 - 13:36

Wut ?
Il s'est passé quoi dans ta tête là ? C'était juste pour tenir ton engagement de "je fais deux chapitres aujourd'hui" ou bien c'est vraiment la fin ? J'espère que c'est juste pour rire Caliméro
Parce que sinon quelle fin minable pour ce pauvre Lucien e_e
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Lun 4 Aoû 2014 - 2:40

Ouah ça remonte quand même au 13 Mai le dernier chapitre, diantre. Mais ne vous inquiétez pas amis lecteurs, la suite arrive très bientôt, ces derniers temps j'étais tourné vers des textes de rap pour me divertir un peu (peut-être qu'un jour je deviendrais riche en les enregistrant, haha). J'en ai aussi profité pour bien réfléchir à l'univers du monde de Lucien que ce soit au niveau des différentes religions, politiques, cultures, etc.  Cependant je ne m'engage pas à écrire des choses exceptionnelles puisque j'ai pour principe de tenir mes promesses et  vous comprendrez que celle-ci, je n'ai pas la certitude de pouvoir la respecter.
Et oui, je suis le genre de personne qui fait ce qu'il dit mais qui ne se mouille pas trop préférant rester muet comme une carpe. Very Happy
Par contre je ne fais que ce qui me plaît donc les futurs chapitres devraient satisfaire au moins une personne.
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Sam 9 Aoû 2014 - 4:12

Yo, je vais éditer le précédent chapitre et y mettre un second chapitre afin de concorder avec le message de Caillou mais à mon retour de vacances donc dans deux semaines. Là je vais écrire un "extra-chapitre", il faut comprendre qu'il n'est pas une suite direct, il se situerait beaucoup plus tard dans l'histoire cependant il devrait contenir quelques spoilers (pas beaucoup et pas très importants ne vous inquiétez pas) néanmoins si vous ne le lisez pas, ce n'est pas grave, c'est même préférable puisque je ne l'écris pas pour faire avancer les aventures de Lucien. Non, je l'écris pour moi, il contient un peu ma vie et j'éprouve le besoin de la transcrire dans ce chapitre qui sera donc relativement personnel. Je me dois de préciser que malgré certains éléments inspirés de ma vie, cela reste une fiction donc il est évident que des détails de ce qui suit sont exagérés voire même complètement inventés. Enfin vous me direz que si je prends la peine de vous avertir de ça c'est que moi-même je suis tombé dans une certaine ambiguïté, haha. Bref. Allons-y, je dois bientôt partir en vacances et je pense qu'écrire ce chapitre me permettra d'y aller l'esprit tranquille en plus de me rapprocher du stade adulte. Very Happy


Lucien se trouvait dans une ruelle sombre de la ville, au sol, complètement brisé, tout comme sa lame, après un tel échec, son rêve de gloire semblait s'éloigner fatalement. Des émotions infectes se mêlaient, entrainant un terrible mélange amer qui le laissait végéter seul dans l'obscurité oppressante de la ville. Un homme s'approcha alors du jeune homme avant de commencer à lui parler devinant sa faiblesse morale.  

"Hum. Tu n'as pas l'air dans ton assiette mon garçon, à te voir on pourrait croire que toute ta vie vient de s'écrouler...
Lucien ne réagit pas, bien qu'au fond de lui il pensait que l'homme n'avait pas si bien dit, ce dernier scruta méticuleusement le garçon à terre et remarqua l'épée brisée du malheureux.
Je vois. Tu voulais devenir chevalier mais tu as, à en voir ton visage, lamentablement échoué... Tu sais, la valeur d'un homme ne réside pas au fait de ne jamais tomber mais plutôt, au contraire, en sa capacité à toujours se relever. Il faut se mettre dans la tête que tout le monde a enduré des épreuves et que tout le monde a éprouvé des douleurs indescriptibles et pourtant il demeure encore une multitude de gaillards sur leur deux jambes. Si tu penses être le seul à souffrir, reste dans ton coin à pourrir mais dans ce cas là, pourquoi voulais-tu devenir chevalier ? Pour la gloire peut-être ? Tu ne serais donc qu'un enfant capricieux qui ne ferait que bouder dans son coin en pensant que sa vie est injuste. Moi-même j'ai souffert mon bonhomme.

"On choisit ses amis, on ne choisit pas sa famille". Dans mon cas je ne sais pas qui a choisi ma famille, mais à l'époque, j'avais la conviction que cette personne m'en voulait vraiment. J'ai grandi sans repère. Mon frère aîné à la limite mais j'ai rapidement réalisé que celui-ci n'était pas un exemple à suivre, surtout lorsque celui-ci brisa le cœur d'une demoiselle pour en rejoindre une autre qui  elle-même réduit le cœur d'un gentilhomme en miette lorsque j'étais dans l'âge ingrat. Je ne comprendrais décidément jamais ce genre de personne, comment peut-on espérer une relation sérieuse avec une personne alors que la dite relation est née d'une trahison, non, vraiment, comment avoir confiance en ce genre d'individu, enfin je m'égare et je pourrais dire qu'il tenait ça de sa mère. Cette dame qui me traitait d'autiste à longueur de journée, j'y aurais certainement cru si celle-ci n'avait rien à se reprocher cependant elle était loin d'être un modèle d'innocence. Elle n'avait aucun sens de l'humour, aucun sens de la réparti, aucun sens de l'écoute, bref aucun bon sens, insensée, elle n'avait même pas le sens de la famille puisqu'elle avait lamentablement trompé son époux. Mais celui-ci n'était pas à plaindre, bien qu'il avait éveillé en moi une pitié extrême à son encontre les premiers mois où il ne cessait de pleurer, mais peu à peu elle se transforma en honte et dégoût... Toutes ses actions m'horripilaient au plus au point, que ce soit ses rots ou ses pets dépourvus de charme jusqu'à ses blagues à mon égard qui ne me faisaient plus rire depuis mes dix ans, le simple fait de le voir m'exaspérait... Sans parler de son absence d'espoir en moi, et pourtant, quand je réussissais quelque chose, il débarquait, comme une fleur, mais avant où étaient ses encouragements, nul part, un simple charognard venu dévorer les restes de mes maigres succès. Je les considérais comme des déchets et je ne me voyais donc que comme la progéniture de gens écœurants qui pourraient faire de moi la pire pourriture de ce monde. Marrant qu'un éboueur engendre une immondice. Bien sûr j'aurais pu avoir cette folle envie de prendre une revanche sur la vie mais j'étais ce genre d'individu qui n'avait aucun projet, aucune ambition, comme mon frère me le disait si bien, je me fichais de tout et rien ne m'importait, enfin au plus profond de mon être je savais pertinemment que des choses comptaient pour moi néanmoins je n'avais pas ni la force, ni l'envie d'aller à contre courant, je préférais me laisser emporter par ces torrents de médiocrité et couler lentement dans cette mer nauséabonde tel une épave humaine.

J'ai été partagé entre une inépuisable envie de meurtre et une autre de suicide. Un jour je me suis échoué vers la seconde proposition, j'ai calmement remplie une bassine d'eau puis j'ai serré un bandeau autour de mon cou ensuite je me suis tranquillement allongé enfin j'ai plongé mon visage dans ce liquide sans saveur. J'ai fermé les yeux. Les secondes semblaient sans fin. Atrocement longues. Et quand j'ai finalement senti que l'air me manquait cruellement,  une peur inconnue me submergea. Une vague effrayante venue des abysses les plus ténébreuses de mon âme. Cette vision horriblement sombre avait tout remis en cause. Être trop lâche pour terminer ce geste lâche mais avoir le courage d'avouer sa lâcheté; quel comble. En rouvrant mes paupières j'ai entrevu une lueur d'espoir se refléter dans la houle. J'ai alors sorti la tête hors de l'eau pour admirer cette lumière éblouissante même pour la pauvre larve que j'étais, je ne rêvais que de la rejoindre.

Jour et nuit, elle m'obsédait. Je n'avais qu'un désir, voler de mes propres ailes pour pouvoir me rapprocher d'elle sans avoir honte, sans la souiller par ma présence grossière... Cependant entre désirer une chose et l'avoir il y a un fossé titanesque impossible à combler pour une larve qui se dégoutait elle-même. Elle appartenait à un monde inaccessible. Rien n'y faisait. Même pas mes deux inlassables et vaines prières qui consistaient à répéter chaque soir "Dieu, s'il te plaît, fait qu'elle m'aime, moi, et aucun autre, je t'en supplie" en alternant avec quelques variantes. La première s'était réalisée, mais pas le sens escompté. La deuxième je n'en ai aucune idée et tu peux la trouver égoïste, je m'en contre-fiche. Les belles paroles comme quoi il faut respecter le choix de celle qu'on aime et accepter de la laisser aller vers quelqu'un d'autre n'est qu'une excuse pour rassurer les cons. Comment peut-on dire qu'on aime une personne et la laisser filer ? Pour moi, aimer c'est faire tout pour rendre l'autre heureux, et si un abruti ose penser qu'un autre peut le faire à sa place c'est qu'il n'aime pas. Si il n'est pas persuadé qu'il est le seul, l'unique, à pouvoir faire tout les sacrifices imaginables pour accomplir la quête qu'il s'est attribué alors il n'est qu'un menteur. Je pourrais tuer pour elle, et c'est le sort que j'aurais réservé à son prétendant quitte à m'envoyer en Enfer, de toute façon, si cela arrivait, j'y serais déjà. Je ne sais pas à quoi joue ce dit Tout-Puissant. Ils disent qu'il veille sur nous mais qu'a-t-il fait hormis m'abandonner seul à mon triste sort. Voué à aimer plus que tout sans aucun retour sauf cette flèche m'ayant transpercé le coeur et ne m'offrant qu'une douleur. Une douleur que je traine encore et qui ne veut pas partir. Une douleur qui me déchire la poitrine depuis des années. Depuis qu'elle prononça que j'étais "irremplaçable", mais. Il y a toujours un mais. Je ne sais pas si tu comprends à quel point ce joli mot m'a fait souffrir. Comment être plus qu'irremplaçable, je me le demande encore. Je ne répondrais sans doute jamais à cette question et je resterais donc la victime de cette éternelle torture. Être destiné à être rejeté. Enfin je ne peux en vouloir à personne. C'est la vie. Je vis avec. Je vis bien avec.

Au final j'ai moi-même voulu devenir chevalier, bien qu'étant un déchet j'avais toujours eu un certains talent naturel qui me permettait de m'en sortir sans trop me forcer voire sans rien faire du tout si bien que j'allais arriver à l'épreuve finale sans avoir fait le moindre entrainement ou revu les bases du combat mais cette lumière aveuglante avait bien voulu jeter un oeil à mon épée rouillée la veille de chaque épreuve quitte à perdre son temps, j'étais l'homme le plus heureux du monde. Je dois avouer que sans elle j'aurais lamentablement échoué puisque j'ai réussi de justesse, ma lame s'étant elle aussi brisée, la rouille l'avait bien trop fragilisé, je m'y étais pris bien trop tard.  J'étais éternellement reconnaissant envers cette lumière chaleureuse... Ah, cette femme, la première fois que je l'ai vu de près, aujourd'hui encore je ne serais dire si j'étais vraiment malade, simplement timide ou si mon mal de ventre et l'incapacité de parler était le fruit de sa beauté. Je me souviens que ma première pensée fut "Qu'est-ce qu'elle est belle". Oui. Si belle avec sa chevelure dorée, son sourire éclatant et ses yeux magnifiques... Si les yeux sont les fenêtres de l'âme alors elle avait assurément la plus belle âme qui puisse exister.

J'ai uniquement deux regrets dans ma vie : avoir si peu parler la première fois et ne pas avoir pu lui arracher un sourire la dernière que je l'ai quitté... L'unique source de ces regrets est le fait que je n'ai pas su m'écouter, je n'ai pas su essayer, et tu risques toi aussi d'avoir des regrets toute ta vie si tu ne relèves pas pour retenter ta chance. Il ne faut jamais s'arrêter sur un échec, ceux qui ont échoué imaginent que tout est fini alors que ceux qui ont réussi peuvent témoigner que leur parcours a été semé d'embûches avant d'être gratifiés, la persévérance est le maître-mot de ce monde. Il ne faut jamais baisser les bras. D'ailleurs un jour elle m'a dit que pour être meilleur il fallait au moins essayer, qu'elle même s'y efforçait, je trouvais ça à la fois drôle et déplacé venant de l'être le plus proche de la perfection mais elle avait raison. Il y a une pierre précieuse derrière chaque caillou, il faut juste se donner la peine de le polir comme il se doit.
Allez, j'ai assez raconté ma vie, je vais te laisser, j'espère qu'on ne se reverra pas avant que tu sois devenu un honorable homme, en attendant je te laisse mon épée,  elle est résistante crois-moi."

L'homme disparu alors comme il était venu.
avatar
Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   Mar 21 Oct 2014 - 7:22

Yop, yop. Bon il est 7h, je devrais obéir à mon couvre-feu intellectuel parce qu'en plus de penser de la merde le soir à partir de 23h, je suis vraiment pas du matin. Non, sérieux, le matin, je peux tuer trois fois mon père dans ma tête parce qu'il a fermé le portail à clé et que ça m'énerve de devoir sortir les miennes. Mais voilà, je compte écrire un chapitre tout à l'heure, et j'écris pas forcément parce que j'ai envie mais aussi parce que j'en ai besoin, regardez le pavé du dessus, si t'as envie d'écrire ça t'es pas fait pour que je te lise. Bref. La première fois que j'ai pensé ce que je vais écrire c'était à 2h du mat, encore pendant mon couvre-feu donc c'est sans doute une impression erronée mais faut que je l'écrive comme ça si un jour un personnage de Lucien a un sentiment similaire je saurais comment le transcrire, ou presque, bref lecteur lambda, lis pas sauf si t'as envie par contre, parce qu'en fait ça te vise pas. Bref, c'était par rapport à un "on dirait une fille à scruter chaque signe pour voir si l'autre est mécontent" à quelques mots près, j'ai arrêté le principe de mémoire quand j'ai compris que je pouvais tout foutre dans ma calculatrice (coucou les lycéens, bien les matières scientifiques ?)  et qu'on me dise "tu serais pas parti pour ça avant". Déjà on commence par une forme du syndrome du "c'était mieux avant", pour te mettre mal à l'aise c'est gagné, mais en plus on essaye de penser à ma place, et je supporte pas ça. En vrai, je serais parti quand même. Certes pas pour les mêmes raisons, mais je l'aurais fait. Je m'explique, quand une personne n'est pas venue sur la box depuis une flopée de semaines, qu'elle ne parle pas du tout et que sa première intervention à mon égard, c'est ça, bah moi, ça m'aurait cassé les couilles et je me serais barrer dans tout les cas parce que je suis pas là pour qu'on me gave et je l'aurais surement fait comprendre plus sèchement puisqu'une phrase qui tenait en deux lignes, non ponctuée de smiley, et dépourvue de blague, je ne qualifie pas ça de plaisanterie, ça ne m'amuse vraiment pas. Bref je viens de finir mon bol de céréales, je m'en vais m'habiller plus décemment et ensuite direction la Fac (comment ça j'ai un manque cruel d'ambition, j'ai juste noté que j'étais à la Fac).

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Fic) Les aventures de Lucien   

 

(Fic) Les aventures de Lucien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» [BD] Les aventures palpitantes de Skalf le Gnoblar (blabla)
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» [D&D4] Les aventures du Meujeu Yannosh
» Lucien Jerphagnon est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mouvement Pokémon :: Les Lieux Interdits (Non RP) :: Dimensions de l'Espace et du Temps-