Forum pokémon généralisé
 

Partagez | 
 

 [OS] Un simple OS, une simple tuerie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Minito


Messages : 52
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 20
Localisation : Sur les routes, en quête d'epicness


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: [OS] Un simple OS, une simple tuerie.   Lun 3 Déc 2012 - 22:56

Il était une fois... Voilà un commencement classique pour une histoire banale écrite par un simple adolescent cependant elle est originale par l'étrange avertissement que vous fait son auteur : "Attention certaines lignes de cet ouvrage peuvent choquées, en effet, moi, Minito fais de nombreuses fautes lorsque j'écris, je ne me relis que très rarement donc si vous avez un problème avec les textes mal écrits, les mots mal orthographiés, les verbes mal conjugués, arrêtez tout de suite votre lecture... Si vous lisez encore c'est que vous n'avez pas suivi mon avertissement, je n'ai plus que deux choses à vous dire : Je vous aurais prévenu... Et bonne lecture!"

Il était une fois un homme muni d'un chèche, un homme perché au sommet d'une tour elle même dominait une forteresse dans laquelle était regroupée une armée. Qui était-il vous demandez vous? Un simple tueur. Voulez-vous connaitre son nom? Celui de votre coiffeur vous intéresse-t-il? Pourquoi tuait-t-il? Parce qu'il était payé pour ça. Mais si vous posez la question "Quand?", oui quand a-t-il commencer à ôter la vie, là la réponse sera plus longue que les précédentes...

Tout commença dans sa plus tendre enfance, orphelin et originaire d'un quartier malfamé d'une ville du désert, la vie ne l'avait pas gâté... Le seul moyen pour survivre là-bas était de mendier en espérant qu'une âme charitable s'arrête. Si une personne lui donnait assez pour manger une fois dans la semaine, il était heureux, vivre est la seule chose qui le préoccupe... Cependant en grandissant son estomac fit de même, il dû se procurer plus de nourriture, il commença à voler en plus de mendier mais ce n'était toujours pas assez jusqu'à se qu'il comprit, tout était devenu clair d'un coup... Demander poliment était une chose et demander poliment une arme à la main en était une autre et elle était plus rentable, mais ce n'était toujours pas assez, jamais assez et c'est là que les meurtres commencèrent, demander poliment une arme à la main à un cadavre était ce qu'il y avait de plus rentable. Mais comment un enfant innocent pouvait-il allait jusqu'à tuer pour manger? Était-il fou ? Bien au contraire, il était bien conscient de ce qu'il faisait et sa raison était basée sur la logique et la loi, la loi du talion, chaque homme a le droit de vivre et toute personne refusant de lui donner de quoi manger mettait en péril sa vie il était ainsi normal pour lui de faire de même à l'aide de ses petits couteaux, voilà comment il transforma son droit de vivre en droit de tuer. Tuer ou être tué, c'était sa philosophie, le talion, sa loi et tuer son droit le plus légitime pour respecter son droit le plus cher, celui de vivre. Né dans le sang il savait qu'il vivrait dans ce liquide écarlate et mourrait dans le sien. C'est ainsi qu'il était devenu un tueur à gage, tuer la seule chose qu'il savait faire et être rémunérer pour ça, que pouvait-il souhaiter de plus ? Bien sûr il pouvait sortir de sa misère mais combien de temps, il savait qu'il était facile d'y entrer et impossible d'en sortir éternellement, qui est né poussière mourra poussière, il avait pris connaissance de cela depuis bien longtemps, si il sortait de la misère il y retomberait tôt ou tard et de cette chute il ne se serait pas relevé, lui qui tient à la vie, pourquoi prendrait-il ce risque... Il pouvait aussi chercher un réconfort à sa pauvre vie dans l'amour mais cette attachement combien de fois l'avait-il vu, de trop nombreuses fois dans ses assassinats et combien de personne dans ces couples on préféré protéger leur âme sœur que de s'enfuir, ils se comptent sur le doigt d'une main alors que ses homicides ne se calculent plus, ce sentiment il l'avait aussi vu de loin lorsqu’il mendiait il en avait aperçu les disputes, pour lui l'amour n'était qu'un mot éphémère source de problème et pourquoi rechercherait-il la souffrance lui qui veut vivre, souffrir l'affaiblirait et dans son monde les faibles meurent tandis que les forts continuent d'exercer leur droit de vie. L'amour si il donnait des ailes l’emmènerait au paradis ors lui voulait garder les pieds sur terre et ne jamais s'en aller...

Désormais vous savez tout ce qu'il y avait à savoir sur cet homme voilé assis au sommet d'un beffroi dont le guet se noyait agréablement dans une flaque rouge mêlant son vin originaire de sa bouteille brisée au sol et son sang sortant de sa gorge comme l'eau du ruisseau ainsi il ne pouvait sonner l'alarme tandis que l'assassin regardait ses proies, un régiment de 500 hommes, enfin plus que 499 du coup, il n'était venu que pour leur chef mais plus il ramenait de tête mieux il serait payé, autant partir vers un massacre. Ses futures victimes étaient tous devant la cible principale qui lui même leur parlait :

"Très bien camarades, rompez-les rangs !
- Oui, chef !"
D'un naturel serviable, oui il fallait être extrêmement gentil pour tuer à la place d'un autre et offrir un voyage vers la paix éternel à autrui, il se décida de descendre de sa ruche de déferler sur la colonie de fourmi tel un essaim d'abeilles dont les dards acérés n'étaient qu'autres que ses couteaux, de sa chute il atterrit sur un homme dont il brisa le crane contre le sol en tombant sur lui les pieds en premier, grâce à lui les rangs commençaient à se rompre, quelle gentillesse de sa part que d'aider ses adversaires, en remerciement un homme fonça sur lui armé d'une lance dans le but de lui pourfendre le ventre, loi du talion oblige, notre héros esquiva le soldat avant de lui enfoncer dans le ventre et d'une force colossale il alla jusqu'à le transpercer entièrement, il ressorti sa main de ce corps sans vie avant de voir débarquer sur lui trois hommes voulant le tuer, mais vouloir le tuer était une chose, le faire en était une autre et entre ces deux choses il y avait un monde appelé loi du talion, ceux qui voulaient le tuer et ainsi l'empêcher de manger allait subir ce sort et pour les priver de repas il n'y avait qu'une solution... L'homme au grand foulard ouvrit le ventre du premier ennemi, plongea sa main dans l'ouverture et le vida de ses tripes, le deuxième continua sa course vers le tueur mais il l’accueillit d'un coup de couteau dans l'abdomen pour l'étriper aussi enfin le troisième recula de peur mais l'assassin plongea sur lui, lui incisa le ventre pour ensuite le dépecer à son tour. Soudain il stoppa net une flêche d'une seule main ayant pour cible sa nuque arrivant d'un angle mort mais pour lui, originaire du désert c'était chose facile que de sentir des choses, dans le désert le sable gênait la vision, le bruit des tempêtes parasitait l'ouïe, le vent emportait les odeurs, la seule chose qui restait était l'instinct le sien était désormais plus aiguisé que n'importe quelle lame, il brisa le projectile en deux et envoya aussitôt chaque morceau dans les deux yeux du lanceur qui ne mourut pas sur le coup, l'envoyé de la mort avait fait en sorte de ne pas atteindre le cerveau et de laisser agoniser sa victime jusqu'au dernier souffle. Un autre homme arriva, notre héros sauta tout en pivotant, arma sa jambe en l'air pour donner un coup de pied puis la crocheta, le coup de pied retourné emporta la tête de l'assaillant, sa nuque se brisa... Une masse de muscle sortit des rangs, elle cria comme pour faire trembler le tueur, en effet il trembla mais d'excitation à l'idée de tuer pareille bête, il lui bondit sur l'épaule profita que le grand homme ait la bouche ouverte pour lui arracher la langue à main nu, il pris ce muscle pour étrangler le géant qui suffoqua avant de ne plus bouger... Les adversaires n'osaient plus aller vers l'homme, très bien c'était donc à lui d'aller chercher ses victimes c'était tout de même lui le chasseur, il passa entre les jambes d'un soldat, lui planta un couteau dans le postérieur, se releva, lança deux ou trois couteaux chacun atteignant un crâne tuant son propriétaire sur le coup, il continua sa lancée meurtrière s'arrêta devant un guerrier qui ne semblait pas avoir peur, l'assassin lui mit une droite, sa mâchoire tomba d'un coté il lui mis un coup de coude dans l'autre coté, la mâchoire inférieur flottait désormais dans la bouche du pauvre sac de frappe qui tenta de riposter d'un coup du droit, le tueur pivota de 90° pour esquiver et enchainer d'un coup violent dans les côtes en brisant quelques-unes et finit par un uppercut faisant ressortir la mâchoire de l'homme la regardant avec effroi voler en l'air mais pas le temps d'admirer ce spectacle sanglant que l'homme sanguinaire éclata le visage du sans-mâchoire d'un énorme coup de coude, son nez se cassa, l'homme ne noya ensuite dans son propre sang... L'homme au chèche comprit qu'il avait passé trop de temps avec cette victime il se devait d'accélérer la cadence, il trancha un bras par là, une jambe par ci et parfois même une gorge, le champ de bataille n'était plus qu'une boucherie, l'odeur des cadavres empestait, certains ne supportant pas ces émanations fétide vomirent, il utilisa cette position vers l'avant pour leur fendre le crâne d'un simple coup de genou avec de l'élan. Des soldats prirent leur jambes à leur coup mais ils reçurent seulement des lances dans leur mollets, coincés ils allaient tous mourir après que leur corps se soit vider de leur sang pour les plus chanceux, les autres allaient survivre quelques jours, mourir de faim ou suite à des infections... Il poursuivit son hécatombe quelques minutes quand il ne resta que lui et un dernier homme, le dernier debout, leur chef, sa cible d'origine, ses jambes ne pouvaient s'empêcher de bouger, il grelotait et tomba. Le tueur avait perdu assez de temps, il planta un couteau dans chaque pied du commandant, il lui introduit un autre couteau dans une main avant de lui enfoncer un autre couteau dans l'autre main.
"S'il te plait, ne me tue pas !
- Si tu es terrifié à l'idée de mourir, saches que la peur n'est que le commencement avec moi...
- Qui ? Qui es-tu ?!
- Qui suis-je ? Un simple tueur. Mon nom peut-être? Celui de la personne qui va planter ses lames dans tes cheveux t'intéresse-t-il? Pourquoi je le fais? Tout simplement parce que c'est mon droit..."
 

[OS] Un simple OS, une simple tuerie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Simple API Utility & Weather Service
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Doom II - Map 07 : Dead Simple
» [Tuto] Faire un smiley simple avec paint
» technique simple pour tuer gruul en groupe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mouvement Pokémon :: Les Lieux Interdits (Non RP) :: Dimensions de l'Espace et du Temps-